Bruxelles fait son cinéma

10,00 €
TTC

Editions 180°

Quantité

  • Le paiement se fait entièrement de manière securisée via carte de débit ou crédit ainsi que directement via le compte Le Livre Belge BE92 0011 9229 7223
Le paiement se fait entièrement de manière securisée via carte de débit ou crédit ainsi que directement via le compte Le Livre Belge BE92 0011 9229 7223
  • Les livres vous sont livrés dans un point de dépôt, chez vous, ou à votre bureau 
Les livres vous sont livrés dans un point de dépôt, chez vous, ou à votre bureau
  • Contactez-nous si vous désirez plus de détails sur les produits ou les modes de commande Contactez-nous si vous désirez plus de détails sur les produits ou les modes de commande

La plupart des cinéastes belges ont choisi Bruxelles pour cadre de l’un ou l’autre de leurs films. Cela va du précurseur Alfred Machin (Saïda a enlevé Manneken-Pis), bien oublié aujourd’hui, à Alain Berliner (J’aurais voulu être un danseur), sans oublier Benoît Lamy (Home Sweet Home) et tant d’autres.

 

Mais sait-on que bien des réalisateurs français ont aussi trouvé des charmes à la capitale de l’Europe ? Sinon, pourquoi Chabrol (La Rupture, Le Sang des autres), Leconte ( M. Hire), Sautet (Garçon !), Resnais (Providence) ou Bertrand Blier (préparez vos mouchoirs) auraient-ils tourné tout ou partie de ces films chez nous ?

 

Et les Américains ? Eux aussi sont venus chez nous ! Blake Edwards opta pour le théâtre de la Monnaie comme cadre de Darling Lili et Fred Schepisi choisit un hôtel de maîtreprès de la Colonne du Congrès pour y diriger Meryl Streep dans ‘Plenty’.

 

Cette « mode » va croissant car, si on a vu toutes les rues de New York, de Londres ou de Paris, celles de Bruxelles restent encore à découvrir pour bon nombre de spectateurs et le mélange architectural de la Ville devient un atout non négligeable pour les réalisateurs. N’oublions pas les studios qui permettent des tournages professionnels et dont se servent de plus en plus de cinéastes tant pour des films (Le petit Nicolas ou Largo Winch II) que pour des téléfilms.

 

Il était temps de dresser un bilan de ce qui fut tourné à Bruxelles. Soixante films figurent dans Bruxelles fait son cinéma, selon un choix forcément subjectif mais qui tend à montrer la diversité des cadres offerts par la Ville et ses dix-neuf communes.