Bruxelles occupée

17,00 €
TTC

180° Editions

Quantité

  • Le paiement se fait entièrement de manière securisée via carte de débit ou crédit ainsi que directement via le compte Le Livre Belge BE92 0011 9229 7223
Le paiement se fait entièrement de manière securisée via carte de débit ou crédit ainsi que directement via le compte Le Livre Belge BE92 0011 9229 7223
  • Les livres vous sont livrés dans un point de dépôt, chez vous, ou à votre bureau 
Les livres vous sont livrés dans un point de dépôt, chez vous, ou à votre bureau
  • Contactez-nous si vous désirez plus de détails sur les produits ou les modes de commande Contactez-nous si vous désirez plus de détails sur les produits ou les modes de commande

Il existe des livres sur l’occupation en Belgique mais aucun n’a jamais été écrit sur l’occupation à Bruxelles, qui connut pourtant des évènements exceptionnels comme ce marché noir dans la célèbre rue des Radis ou a fermeture de l’ULB dont les étudiants avaient eu la « mauvaise » idée de parodier l’invasion ratée de l’Angleterre en organisant une attaque du chalet Robinson au bois de la Cambre ! 

Bruxelles subit aussi un bombardement dévastateur qui ravagea quantité d’immeubles de l’avenue de la Couronne mais, pour redonner courage à la population, le pilote de Sélys- Longchamps attaqua avec une audace inouïe le bâtiment de la Gestapo, précédant la parution du Faux Soir, énorme « zwanze » (plaisanterie) qui coûta, hélas, la vie à plusieurs de ses initianteurs.

La fin de cette occupation fut marquée par l’incendie (volontaire) du Palais de Justice, heureusement compensé par un pseudo « enterrement » d’Hitler en plein cœur des Marolles. 

Tous ces évènements sont replacés dans leur contexte socio-économique : rationnements en tous genres, Secours d’Hiver, coupures de gaz et d’électricité mais aussi divertissements.

Il était temps de recueillir les souvenirs de témoins, oraux ou écrits, et d’en faire une synthèse sur ce que furent les quatre années pendant lesquelles Bruxelles vécut des heures qui resteront parmi les plus amères de sa longue histoire.